Carah

nlen

 

 

De plus en plus, le consommateur, le citoyen et le politique sont demandeurs d’une moindre utilisation des «pesticides», en particulier sur des produits comme les fruits et légumes, symboles de santé et de fraîcheur. En parallèle, les distributeurs demandent une qualité irréprochable. Combiner ces deux exigences n’est pas évident. Les organismes de recherche et de développement doivent donc se mobiliser pour renforcer les travaux d’expérimentation et répondre aux besoins techniques des producteurs.

  

L’approche agro-écologique du projet ECOPAD, voie vers l’agro-écologie, sera développée en cinq modules. Les deux premiers modules sont nécessaires au bon déroulement du programme : il s’agit de la gestion du projet et des activités de communication. Dans chacun des autres modules les trois principes majeurs de la protection intégrée des cultures (PI) ou IPM - prévention, observation, action - seront étudiés :

  

- méthodes de prévention : développer des nouvelles références et techniques innovantes sur l’intercropping, l’évaluation de l’intérêt d’espèces végétales introduites dans les espaces agricoles pour favoriser la biodiversité, la gestion des déchets, l’identification de tolérances ou résistances variétales.

 

- outils d’aide à la décision : développer des méthodes de détection des ravageurs (p.ex. la mouche mineuse des alliacées, la drosophile sur fraisier, le Phytophthora cryptogea en endive) et valider des modèles de prévision des risques (p.ex. l’alternariose sur carotte, le mildiou sur oignon).

 

- outils de lutte directe : identification et évaluation de méthodes de lutte physique, de substances naturelles et d’agents biologiques (contre la drosophile et la mouche mineuse des alliacées). L’efficacité de ces différentes techniques sera testée en laboratoire et/ou sur le terrain, avec pour objectif de faciliter la diffusion et l’utilisation de ces nouvelles solutions par les producteurs.

  

Le projet permettra l’acquisition de nouvelles références par la conduite de recherches et portera une attention particulière à la diffusion des informations aux producteurs. Pour cette raison, le transfert des références acquises au public-cible sera effectué via plusieurs moyens de communication : des visites d’études transfrontalières, des publications et newsletters, un séminaire transfrontalier, des conférences de presse et une pochette de fiches techniques qui sera diffusée aux producteurs de la zone transfrontalière.

 

Budget : 148.753,13 €

 

Financement :

- Feder : 74.376,56 €

- RW : 59.501,25 €

- CARAH : 14.875,32 €

 

Pour toute information:

Coordinateur scientifique: Christian Ducattillon - 068/26.46.38 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Coordinatrice administrative: Florence Bracquegnies - 068/26.46.75 -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.